Sommaire

Le typhus est une maladie infectieuse bactérienne devenue rare de nos jours, depuis la découverte d’un traitement adapté. Il en existe plusieurs types, dont le plus connu, le typhus épidémique, fait partie des maladies infectieuses les plus mortelles de l’histoire de l’humanité (épidémies de la Première Guerre mondiale, prisons, camps de concentration, camps de réfugiés).

Causes du typhus

Généralités sur le typhus

Le typhus est causé par une bactérie de type Rickettsia, transmise par des arthropodes (puces, poux, acariens). Il en existe 3 types.

Il n'est pas directement transmis d'une personne à l'autre.

L’épidémiologie du typhus est directement liée à l’écologie de chaque espèce qui le transmet.

Typhus épidémique

Le typhus épidémique est aussi appelé « typhus à poux », « typhus résurgent », « typhus historique » ou « typhus exanthématique ».

Il est causé par une bactérie, la Rickettsi prowazekii, transmise d’une personne infectée à une autre par les déjections des poux de corps (les poux de tête ne jouent aucun rôle dans la transmission).

Il se développe donc en cas de conditions d’hygiène précaires.

La mortalité de la maladie non traitée varie de 10 à 60 %.

Typhus murin ou typhus endémique

La bactérie responsable, Rickettsi typhi, est transmise par les déjections de puces infectées en mordant des rats, réservoirs de la maladie.

Il ne se transmet pas entre les personnes, et il est beaucoup moins grave que le typhus épidémique.

Il est endémique en Europe du Sud, au Maghreb, en Méditerranée, en Afrique, aux États-Unis et en Asie du Sud-Est.

Puces

Article

Lire l'article Ooreka

Typhus des broussailles

Le typhus des broussailles est aussi appelé « fièvre fluviale japonaise » ou « scrub-typhus ».

Causé par la bactérie Rickettsi tsutsugamushi (maintenant appelée Orientia tsutsuhamushi), le typhus des broussailles est transmis à partir de rongeurs par des acariens.

Elle est présente dans le triangle reliant le Pakistan, le Japon et l’Australie, englobant la côte est de la Chine.

Consulter la fiche pratique Ooreka

Symptômes des différents types de typhus

Les différents types de typhus présentent des symptômes similaires, mais qui diffèrent par leur gravité et leur fréquence.

Symptômes du typhus épidémique

Le typhus épidémique se diagnostique par la présence de différents symptômes, dans un contexte épidémique et de conditions d’hygiène précaires (présence de poux de corps) :

  • Fièvre jusqu’à 39°C-40°C, frissons et fatigue extrême.
  • Maux de tête et photophobie (gêne à la lumière).
  • Douleurs musculaires et/ou articulaires.
  • Toux.
  • Douleurs abdominales et troubles digestifs (vomissements, diarrhée).
  • Éruption cutanée apparaissant sur le thorax au 4e ou 5e jour de la maladie, s'étendant ensuite à l'ensemble du corps à l'exception généralement de la face, des paumes et de la plante des pieds.
  • Stupeur, obnubilation, voire délire et coma.

La bactérie du typhus épidémique peut rester dans le corps de manière asymptomatique, pour réapparaître plusieurs années après l’infection initiale. C'est la maladie de Brill-Zinsser, qui présente les mêmes symptômes que le typhus épidémique, mais de manière beaucoup plus modérée.

Symptômes du typhus murin

Les symptômes du typhus murin sont les mêmes que pour le typhus exanthématique, en beaucoup moins prononcé.

Les troubles nerveux sont habituellement peu marqués.

Symptômes du typhus des broussailles

Les symptômes du typhus des broussailles diffèrent par la présence d’une lésion croûteuse appelée « escarre d’inoculation » (aspect d’une brûlure de cigarette) avec inflammation des ganglions de la région.

On retrouve une fièvre, des douleurs diffuses et une éruption cutanée débutant par le thorax et s’étendant aux extrémités.

Lire l'article Ooreka

Typhus : poser le diagnostic et traiter la maladie

Le diagnostic se fait par une sérologie, qui recherche la présence d’anticorps correspondant à la bactérie, témoignant de la présence de celle-ci chez un individu.

La découverte d’un traitement a transformé le pronostic de cette maladie, qui se soigne très efficacement par antibiotiques (tétracyclines, chloramphénicol, érythromycine).

La présence de poux de corps ou de puces, si elle est asymptomatique, ne doit pas s’accompagner d’un traitement antibiotique systématique. À l’inverse, devant des symptômes évocateurs d’un typhus, des antibiotiques doivent être prescrits sans attendre les résultats de la prise de sang.

Lire l'article Ooreka

Typhus : les précautions à prendre

Les puces et les poux de corps se développent dans des conditions d’hygiène précaires.

Le typhus est une maladie favorisée par le froid, la pauvreté, la mauvaise hygiène, l’instabilité politique et les regroupements de populations.

La lutte contre les puces et les poux, par des mesures d’hygiène basiques et l’usage d’insecticides, permet de prévenir la transmission de ces maladies.

Un vaccin a été conçu, mais il devait être répété chaque année, en prévision de contaminations malgré tout exceptionnelles. Il n’est plus utilisé.