Sommaire

Une pneumopathie est une pathologie affectant les poumons. Elle peut être d'origine infectieuse ou non (allergie, inflammation, fibrose, reflux gastro- œsophagien...).

Parmi ces différentes pneumopathies, on distingue la pneumopathie d'inhalation.

Pneumopathie d'inhalation : définition

« Une pneumopathie d'inhalation est définie par l'inhalation de contenu gastrique ou oro-pharyngé dans le larynx ou les voies aériennes inférieures » (Réanimation, 2009).

Elle se caractérise alors par une inflammation pulmonaire et peut être infectieuse ou non.

Elle peut survenir chez les personnes âgées, les personnes souffrant de problème de déglutition, de problème de reflux gastro-œsophagien. C'est aussi une complication possible lors d'un coma ou d'une anesthésie.

C'est une pathologie qui peut s'avérer mortelle, la mortalité est d'ailleurs importante.

Causes et symptômes de la pneumopathie d'inhalation

Causes

Il existe différents mécanismes qui peuvent entraîner des inhalations de liquide gastrique :

  • des problèmes de déglutition ;
  • un reflux gastro-œsophagien ;
  • des crises d'épilepsie ;
  • un coma ;
  • une anesthésie générale.

Ces différents mécanismes peuvent entraîner l'inhalation de liquide gastrique, ce qui permet à des bactéries pathogènes, contenues dans ce liquide, de coloniser les poumons. On parle souvent des bactéries anaérobies (Pseudomonas aeruginosa, Pseudomonas acinetobacter) comme source potentielle de pneumopathie d'inhalation.

De nombreuses pneumopathies, surtout chez les personnes âgées, auraient également pour origine une maladie parodontale, les bactéries (par exemple Porphyromonas gingivalis, Streptococcus mutans, Aggregatibacter actinomyces ou encore Actinobacillus actinomycetemcomitans) étant inhalées.

Symptômes

Les principaux symptômes de la pneumopathie d'inhalation sont : des difficultés respiratoires (dyspnée), de la fièvre, une toux avec crachats.

Pneumopathie d'inhalation : diagnostic et traitements

Il existe différents examens que l'on peut réaliser, en tenant compte du fait que les éléments cliniques peuvent être trompeurs :

  • l'examen clinique ;
  • un bilan radiologique : radio du thorax, tomodensitométrie... ;
  • un examen bactériologique ;
  • un bilan sanguin ;
  • un prélèvement par lavage broncho-alvéolaire.

On peut également réaliser des examens pour évaluer la fonction respiratoire avec :

  • une spirométrie (évaluation de la fonction pulmonaire) ;
  • une oxymétrie (saturation en oxygène) ;
  • une bronchoscopie (permettant de regarder à l'intérieur de la trachée et des bronches).

Le traitement sera à adapter en fonction de la gravité de la pneumopathie. Il consiste généralement en apport d'oxygène et une antibiothérapie. Il peut être nécessaire d'hospitaliser le malade.

Cette affection est à traiter rapidement car une pneumopathie ignorée ou mal soignée peut conduire à des complications parfois mortelles.

Parmi les problèmes à long terme que peut occasionner une pneumopathie d'inhalation, on peut citer : des abcès du poumon ou des fibroses pulmonaires, des problèmes inflammatoires, une insuffisance cardiaque et une insuffisance respiratoire aiguë, celle-ci pouvant être mortelle.

Liée au passage de liquide gastrique dans les bronches, la pneumopathie est une pathologie sérieuse. Elle peut déboucher sur des complications mortelles.

Cette affection pouvant toucher des personnes subissant une anesthésie, il est primordial de prendre des mesures préventives, notamment d'évaluer le risque d'inhalation.