Symptômes du coronavirus COVID-19

Sommaire

Article mis à jour le 14 avril 2020

Une épidémie majeure de COVID-19 (nom donné à cette maladie due à un coronavirus) touche actuellement la France et de nombreux autres pays. Malheureusement, ce virus est encore peu connu puisque de découverte récente, et les informations le concernant évoluent quotidiennement. A partir des données connues à ce jour (mise à jour le 19/03/2020), voici certains éléments qui vous permettront de mieux comprendre cette maladie et d'en connaitre les symptômes évocateurs.

Origine du coronavirus

L'épidémie due au Coronavirus a initialement débuté en Chine en décembre 2019, avant d'atteindre de multiples pays dont la France. C'est pour cette raison qu'on parle de pandémie car cette maladie est devenue mondiale.

Ce virus, qui fait partie de la grande famille des coronavirus (appelés ainsi car ils sont entourés d'une sorte de couronne), est responsable initialement de symptômes qui peuvent se rencontrer dans le contexte d'autres maladies fréquentes en cette saison hivernale.

Les premières personnes à avoir contracté le virus s’étaient rendues au marché de Wuhan dans la Province de Hubei en Chine. Le fait que la maladie soit transmise par l’animal (zoonose) est donc la piste privilégiée mais l’origine n’a pas été confirmée.

Les données concernant ce virus et cette maladie évoluent quasi-quotidiennement. En effet, ce coronavirus est encore inconnu puisque découvert récemment, en janvier 2020. Tout ce qui le concerne reste encore à approfondir.

Mode de transmission du COVID-19

La maladie se transmet par les gouttelettes ou sécrétions projetées lors d’un éternuement ou de la toux. Un contact étroit avec une personne malade est donc nécessaire pour transmettre la maladie : personne d'un même lieu de vie, contact direct à moins d’un mètre d'une personne atteinte lors d’une toux, d’un éternuement ou d'une discussion en l’absence de mesures de protection.  Le contact avec des mains non lavées est un facteur majeur de transmission du virus.

C’est pourquoi les gestes barrières (lavage très régulier des mains, éternuements ou toux dans son coude ou dans un mouchoir, utilisation de mouchoir à usage unique à jeter aussitôt, salutations sans serrer la main et en évitant les embrassades), et les mesures de distanciation sociale (limiter les contacts et les déplacements) et physique (respect d'une distance de deux mètres en l'absence de port du masque) sont indispensables pour se protéger de la maladie.

Le délai d’incubation (période entre la contamination et l’apparition des premiers symptômes) du COVID-19 semble aller de 3 à 14 jours. Pendant cette période, le sujet peut être contagieux. Certaines personnes ne développeront pas, ou peu de symptômes mais peuvent être porteuses du virus malgré tout.

Le virus pourrait, dans certaines conditions, survivre plusieurs heures, voire jours, sur une surface inerte (carton, cuivre ou autres). Il pourrait donc contaminer une personne qui toucherait cette surface. Des études à ce sujet sont en cours.

Quels sont les symptômes du coronavirus COVID-19 ? 

Les symptômes les plus fréquents

Les signes de cette infection à coronavirus, appelée COVID-19, peuvent aller du simple rhume à des manifestations plus sévères comme celles vues lors des épidémies antérieures du même type (SRAS - syndrome respiratoire aigu sévère, en 2002 et MERS-CoV – syndrome respiratoire du Moyen Orient – en 2012).

Les symptômes les plus fréquemment décrits sont :

  • de la fièvre ;
  • une toux ; 
  • des maux de gorge ;
  • de la fatigue ;
  • des maux de tête ;
  • des courbatures ;
  • une gêne respiratoire (dyspnée).

De la diarrhée et des nausées sont possibles. Une altération, voire une perte totale, du goût (dysgueusie) et de l’odorat (anosmie) se retrouve 8 fois sur 10 (un peu plus chez les femmes) et une conjonctivite est aussi parfois décrite. Chez les personnes âgées, des troubles de l’équilibre et du comportement ont été recensés dans certains cas.

Mais ces symptômes peuvent s'aggraver très rapidement (en moins de 24 heures), évoluant ainsi vers une pneumonie (infection pulmonaire), des difficultés respiratoires sévères avec altération de la conscience, somnolence, confusion, déshydratation mais surtout une détresse respiratoire conduisant au décès, et ce, quels que soient l'âge, le sexe et les antécédents.

Les patients dont le pronostic vital est engagé sont placés dans un coma artificiel et sous assistance respiratoire (oxygénothérapie), le temps de leur traitement : traitements antiviraux et traitements antibiotiques car il y a des risques d'infections nosocomiales.

À noter que, même une fois rétablis, certains patients atteints du Covid-19 ont développé un trouble de stress post-traumatique. Les symptômes de ce SPT seraient notamment augmentés après un séjour dans une unité de soins intensifs.

Par ailleurs, de nombreux patients présentent encore des symptômes des semaines, voire des mois après le début de l‘infection : ce serait ainsi le cas de la moitié des personnes 4 semaines après le début de la maladie, et encore 10 % à 6 mois. On parle alors de Covid longs, pour lesquels la prise en charge doit être globale et personnalisée : traitements symptomatiques mais aussi repos, réadaptation respiratoire et/ou un ré-entraînement progressif à l’effort, entre autres.

Que faire en cas de doutes ? 

En cas d'apparition d'un des symptômes faisant suspecter la maladie COVID-19 (toux, fièvre, douleurs musculaires – courbatures –, fatigue, maux de tête, maux de gorge, perte du goût et/ou de l'odorat), il faut contacter votre médecin traitant par téléphone. S'il n'est pas disponible (occupé, en visite, surchargé ou malade), vous pouvez contacter les permanences de soins ou demander une consultation de télémédecine (plusieurs plateformes existent). Après contact médical téléphonique, la téléconsultation est souvent favorisée.

Sachez que les téléconsultations réalisées pour des patients présentant les symptômes ou atteints du Covid-19 ou pour les télé-soins réalisés par des infirmiers auprès de patients atteints du Covid-19, le remboursement a été fixé à 100 % jusqu’au 31 décembre 2020, par un décret publié au Journal officiel du 15 juillet 2020. Notez que le décret n° 2020-1623 du 18 décembre 2020 permet la prise en charge intégrale des téléconsultations par téléphone, pour les patients n'ayant pas accès à une connexion internet haut débit ou très haut débit, et pour certains patients non équipés d'un terminal adapté (femmes enceintes, symptômes du covid-19, affection de longue durée, plus de 70 ans).

En revanche, en cas de signes de gravité (malaise, difficultés respiratoires), il faut contacter le SAMU-centre 15 (les sourd ou malentendants peuvent laisser un message au 114).
Les mesures actuelles, sauf cas sévères, recommandent de ne pas orienter les patients vers les structures d’accueil des urgences afin d’éviter le contact avec d’autres patients.

En résumé :

  • J’ai des symptômes (toux, fièvre) qui me font penser au COVD-19 :
    • je reste à domicile,
    • j’évite les contacts,
    • j’appelle un médecin avant de me rendre à son cabinet si il m'y autorise et sous certaines conditions, ou j’appelle le numéro de permanence de soins de ma région. Je peux également bénéficier d’une téléconsultation.
  • Si les symptômes s’aggravent avec apparition de difficultés respiratoires et signes d’étouffement, il faut appeler le SAMU- Centre 15 qui délivrera les conseils appropriés.

Attention ne prenez pas de nouveaux médicaments, en particulier des corticoïdes et des anti-inflammatoires, sans avis médical.

Les tests sérologiques

À titre exceptionnel, les pharmacies sont autorisées à réaliser des tests rapides d'orientation diagnostique (TROD) de l'infection Covid, selon un arrêté publié au « Journal officiel ». Ces tests réalisés à partir d'une goutte de sang prélevée au bout du doigt étaient initialement réservés aux laboratoires d'analyses médicales, en ville ou à l'hôpital.

Ils permettent de savoir en quelques minutes si la personne a développé des anticorps contre le nouveau coronavirus. Une liste de 51 tests de ce type autorisés a été publiée par le ministère de la Santé. Certains ne détectent que les anticorps IgG qui se forment minimum 14 jours après avoir été en contact avec le virus, tandis que d'autres indiquent aussi la présence d'IgM produites plus tôt et pouvant être détectées une semaine environ après l'infection.

Un résultat positif doit être confirmé en laboratoire de biologie par une prise de sang et un examen de laboratoire afin de préciser la réalité de la réponse immunitaire et, éventuellement, par un test virologique (RT-PCR).

Par ailleurs, les tests rapides de diagnostic (TDR) du Sars-CoV-2 (tests antigéniques qui repèrent des protéines du virus en 15 à 20 minutes) sont officiellement autorisés dans le cadre d’opérations de dépistage en population générale. Ils pourront aussi être utilisés :

  • pour des patients symptomatiques, jusqu’à 4 jours après apparition des symptômes, en 2e intention lorsque le prélèvement nasopharyngé est difficile ou impossible ;
  • en cas de contact, en 2e intention aussi (ils doivent être faits le plus tôt possible puis à 7 jours pour les personnes d’un même foyer, ou 7 jours après exposition).

En cas de positivité, il doit être confirmé par une RT-PCR (nasopharyngé ou salivaire), qui permettra également de caractériser le variant en présence.

Enfin, la Haute Autorité de Santé (HAS) s'est dite favorable au remboursement des tests RT-PCR sur prélèvement salivaire dans deux circonstances :

  • en première intention dans le cadre de dépistages ciblés et répétés à grande échelle, comme les écoles, les universités, les EHPAD... ;
  • en seconde intention chez les personnes contact pour qui un prélèvement nasopharyngé n'est pas envisageable (c'est ce test qui possède à ce jour les meilleures performances cliniques, les tests salivaires ayant une sensibilité inférieure de 3 à 11 %).

Le temps de rendu du résultat d'un test RT-PCR salivaire est le même que celui d'un test RT-PCR nasopharyngé. Il ne permet pas de gain de temps, son principal apport est lié à sa meilleure acceptabilité.

Afin de protéger les personnes inconnues qu'il aurait côtoyées, un utilisateur de l'application « TousAntiCovid » venant d'être testé positif au Covid-19 peut volontairement le déclarer dans l'application en saisissant un code transmis par son médecin ou le laboratoire. Une alerte sera alors envoyée à l'ensemble des utilisateurs ayant été en contact rapproché avec lui les jours précédents.

Les risques nutritionnels en période de confinement

L’alimentation et le statut nutritionnel des personnes souffrant de maladies chroniques sont susceptibles d’être fortement impactés par le confinement.

Les risques nutritionnels en ambulatoire sont de 2 types :

  • La prise de poids liée notamment à la sédentarité et à une alimentation déséquilibrée avec une aggravation d’une obésité, de troubles métaboliques.
  • Une perte de poids et une dénutrition avec fonte musculaire, troubles de la mobilité, carences nutritionnelles, une possible aggravation des situations (maladies chroniques, personnes âgées, etc.).

Ainsi, pendant le confinement, les conseils de base doivent être respectés : limiter la sédentarité, pratiquer une activité physique, maintenir une alimentation diversifiée autant que possible, cuisiner, ne pas grignoter, etc. L’activité physique étant diminuée, il faut réduire les quantités d’aliments consommés.

Rappel des mesures à respecter

Respecter les gestes barrières

N'oubliez pas, les gestes barrières et de distanciation sociales sont extrêmement importants ! Ils sont essentiels pour votre sécurité et celle des autres. Il faut donc veiller à les appliquer scrupuleusement au quotidien. 

  • Rester chez soi et suivre strictement les mesures indiquées par le gouvernement concernant le confinement.
  • Se laver régulièrement les mains à l'eau tiède et au savon. 
  • Tousser ou éternuer dans son coude ou dans un mouchoir
  • Utiliser des mouchoirs à usage unique et les jeter.
  • Salue sans serrer la main et arrêter les embrassades.

Suivre les consignes de distanciation sociale

Le 16 mars 2020, le Président de la République a également pris des mesures dites de distanciation sociale visant à réduire les contacts et les déplacements, qui ont débuté le 17 mars 2020. Initialement prévue pour une durée de 15 jours, ces mesures ont été renouvelées jusqu'au 15 avril, puis de nouveau jusqu'au 11 mai 2020. 

Au vu de la recrudescence de l'épidémie sur les mois de septembre et octobre 2020, un nouveau confinement a été instauré, prenant effet le 29 octobre 2020 à minuit, jusqu'au 1er décembre 2020 minimum. 

À ce titre, les déplacements sont interdits sauf dans les cas suivants et uniquement en se munissant d’une attestation spécifique dûment remplie :

  • Se déplacer de son domicile à son lieu de travail dès lors que le télétravail n’est pas possible (les personnes présentant une obésité avec un IMC > 30 kg/m² sont considérées à risque de développer des formes graves de COVID-19 de sorte qu'un arrêt de travail dérogatoire peut leur être prescrit).
  • Faire ses achats de première nécessité dans les commerces de proximité autorisés.
  • Se rendre auprès d’un professionnel de santé pour des consultations et des soins ne pouvant être réalisés à distance et ne pouvant être différés, ainsi que les soins des patients atteints d'une affection longue durée.
  • Se déplacer pour la garde de ses enfants ou pour aider les personnes vulnérables à la stricte condition de respecter les gestes barrières.
  • Sortir pour répondre aux besoins des animaux de compagnie (1 heure par jour dans un rayon de 1 km autour du domicile).
  • Se rendre à une convocation judiciaire ou administrative.
  • Participer à des missions d'intérêt général sur demande d'une autorité administrative.
  • Faire de l’exercice physique uniquement à titre individuel, dans la limite d'une heure quotidienne, autour du domicile (sur un rayon maximal d'1 km) et sans aucun rassemblement.

Il existe 3 modèles d'attestation : attestation de déplacement dérogatoire, justificatif de déplacement professionnel et justificatif de déplacement scolaire. Vous pouvez les télécharger au format PDF sur https://www.gouvernement.fr/info-coronavirus/ressources-a-partager

L'attestation de déplacement dérogatoire peut être également générée directement ici.

Tous les détails sur https://www.gouvernement.fr/info-coronavirus

Ces pros peuvent vous aider