Éternuement

Écrit par les experts Ooreka

L'éternuement est un mécanisme réflexe équivalent à celui de la toux en cas d'irritation. La différence est que, cette fois, ce sont le nez et ses muqueuses qui sont concernés, et non plus la gorge.

Éternuement : pourquoi éternue-t-on ?

Éternuement

Il s'agit là aussi d'un système de défense destiné à évacuer les impuretés des voies respiratoires.

  • Les cellules ciliées présentes dans la gorge tapissent également l'intérieur des narines et sécrètent de la même façon du mucus qui sert à engluer les particules qui pénètrent inopinément dans les voies respiratoires.
  • La grande majorité des particules inhalées (pollen, moisissures...) restent piégées, mais certains éléments passent parfois la barrière des poils du nez. C'est notamment le cas d'un grain de poussière ou de certains virus, par exemple.
  • Si, au niveau de la gorge, la toux permet d'expulser les éléments étrangers importants, c'est l'éternuement qui réalise cette opération au niveau du nez.

Bon à savoir : en société, on adresse généralement une formule de politesse à la personne prise d'un éternuement (« À vos souhaits », « Bless you », « Gesundheit », « Jesus », « Na zdrowie », etc.). Il n'en va pas de même en cas de toux !

Mécanismes de l'éternuement

En cas d'éternuement, les cellules ciliées ne sont pas en cause.

L'éternuement est dû à l'irritation des terminaisons nerveuses de nerfs : les nerfs trijumeaux (5e paire de nerfs crâniens). En cas de stimulation, ces nerfs vont transmettre une information qui va entraîner :

  • une inspiration réalisée par l'ensemble des muscles inspirateurs :
    • diaphragme ;
    • muscles intercostaux ;
    • muscle sterno-cléido-occipito-mastoïdien, etc ;
  • le blocage du volume d'air inspiré (environ 2,5 litres) par la fermeture des cordes vocales et de l'épiglotte ;
  • la fermeture des yeux ;
  • l'augmentation de la pression intrapulmonaire sous la contraction des muscles abdominaux et thoraciques ;
  • l'expulsion de l'air avec ouverture des cordes vocales et de l'épiglotte, le voile du palais s'abaissant pour libérer le passage vers les fosses nasales, le tout avec un bruit des plus caractéristiques.

Ce mécanisme est donc assez proche de celui observé en cas de toux.

Remarque : il existe un phénomène photosternutatoire, ou syndrome ACHOO (en anglais), qui entraîne un éternuement chez certaines personnes lorsqu'elles sont exposées à une vive lumière. Ce syndrome est d'origine génétique. Il en va de même pour les personnes qui éternuent en cas d'estomac plein (snatation).

Besoin de mutuelle santé? Comparez les tarifs gratuitement

Comparer les mutuelles

Autres sujets sur Ooreka


Des experts vous répondent

Simple et gratuit !

Sans démarchage commercial

Déjà plus de 100 000 questions répondues

Poser une question
bruno leclerc

chiropracteur diplomé "doctor of chiropractic" usa | cabinet chiropratique bruno leclerc

Expert

bruno leclerc

chiropracteur diplomé "doctor of chiropractic" usa | cabinet chiropratique bruno leclerc

Expert

DP
david plet

ostéopathe | clinique du millénaire

Expert

Rejoindre notre réseau d'experts Plus d'experts


Pour aller plus loin


Trouver un médicament

Plus de 25 000 fiches médicaments issues de la base de données de l'Assurance maladie.

Que recherchez-vous ? (médicament, principe actif, maladie...)

Ce critère permet de chercher votre médicament par :

  • son nom commercial (ex. : Doliprane, Efferalgan, Aspégic, etc.) ;
  • ou par sa substance active (ex. : paracétamol, aspirine, ibuprofène, etc.) ;
  • ou par la maladie, symptôme ou trouble que vous souhaitez traiter (ex. : migraine, état fébrile, douleur légère, etc.).

Tatie Jeanine n’aura plus le dernier mot

En vous inscrivant, profitez en exclu de nos services gratuits :

(Promis, on ne vous spammera pas)

OK
Surveillez votre boite mail, vous allez bientôt recevoir notre newsletter !