Toux du fumeur

Écrit par les experts Ooreka

 

Les gros fumeurs présentent souvent une toux chronique, surtout le matin, qui s'accompagne de dyspnée et est due à la consommation excessive de tabac. Cet essoufflement est un des éléments essentiels, caractéristique chez les fumeurs.

Fréquemment, les consommateurs de tabac présentent des bronchites tout au long de l'hiver.

Toux et tabagisme

La toux du fumeur est très fréquente chez les gros consommateurs de tabac. Il s'agit même d'une des causes principales de la toux irritative chronique.

  • Ce problème est bien connu, à tel point que les fumeurs considèrent souvent que la toux est un symptôme normal, logique. De ce fait, les patients tabagiques consultent peu pour ce simple désagrément.
  • À terme, la toux du fumeur peut entraîner une bronchopneumopathie chronique obstructive (BPCO). Cette pathologie est un rétrécissement des voies respiratoires qui affaiblit les poumons et qui est extrêmement fréquente.
  • Pourtant, supprimer la consommation de tabac pendant un mois suffit à faire disparaître la toux chez 77 % des fumeurs. Chez les fumeurs de longue date, il faudra faire en sorte d'éliminer toutes les causes annexes potentiellement graves.

Remarque : on constate que les fumeurs de cigarettes sont les plus touchés par ce problème de toux, suivis des fumeurs de pipe puis de cigares.

Mécanisme de la toux du fumeur

Récepteurs tussigènes

Le centre nerveux de la toux se situe dans le bulbe rachidien, c'est-à-dire à la jonction entre moelle épinière et cerveau. Ce centre est relié par des nerfs à des récepteurs qui tapissent :

  • les sinus ;
  • les fosses nasales ;
  • le pharynx ;
  • le larynx ;
  • la trachée ;
  • les bronches ;
  • les poumons ;
  • la plèvre ;
  • le diaphragme.

Lorsque ces récepteurs tussigènes sont stimulés, un message nerveux est transmis au bulbe rachidien qui va commander la toux.

Action du tabac

Parmi les agents susceptibles de stimuler cette réaction, se trouve la fumée du tabac qui va avoir une action :

  • mécanique, comme le ferait la poussière par exemple, par irritation directe des récepteurs mais également par les lésions inflammatoires dont est victime la muqueuse des bronches ;
  • chimique, la nicotine et les autres constituants de la fumée étant des agents toxiques qui poussent le corps à vouloir les rejeter et qui paralysent les cils vibratiles qui tapissent les bronches.

Lorsque les bronches sont irritées, la muqueuse produit une quantité plus importante de mucus afin d'éliminer la fumée. C'est lorsque ce mucus est expulsé qu'on obtient la toux du fumeur.

À terme, les muscles des voies aériennes supérieures vont se spasmer, ce qui entraîne un rétrécissement des bronches et une difficulté à respirer. En effet, les échanges gazeux se font moins bien.

Symptômes de la toux du fumeur

La toux du fumeur est une toux chronique, c'est-à-dire qu'elle se manifeste pendant plus de trois mois et pendant au moins deux années consécutives. Les bronchites hivernales sont courantes chez ces personnes.

Symptômes principaux

Classiquement, il s'agit d'une toux du matin accompagnée d'expectorations. En effet, l'un des principaux symptômes de la bronchite chronique chez le fumeur est la production excessive de mucus.

Autres symptômes

Il faut par ailleurs savoir que lorsqu'on arrête de fumer, d'autres symptômes, dus au sevrage, peuvent apparaître :

  • étourdissements ;
  • fatigue (par manque de nicotine) ;
  • insomnies ;
  • constipation ;
  • toux, car le système respiratoire refonctionne peu à peu normalement et les muqueuses reprennent leur travail d'évacuation qui était jusque-là paralysé par la fumée du tabac.

Cette toux peut persister pendant un mois environ.

Besoin de mutuelle santé? Comparez les tarifs gratuitement

Comparer les mutuelles


Pour aller plus loin


Trouver un médicament

Plus de 25 000 fiches médicaments issues de la base de données de l'Assurance maladie.

Que recherchez-vous ? (médicament, principe actif, maladie...)

Ce critère permet de chercher votre médicament par :

  • son nom commercial (ex. : Doliprane, Efferalgan, Aspégic, etc.) ;
  • ou par sa substance active (ex. : paracétamol, aspirine, ibuprofène, etc.) ;
  • ou par la maladie, symptôme ou trouble que vous souhaitez traiter (ex. : migraine, état fébrile, douleur légère, etc.).

Tatie Jeanine n’aura plus le dernier mot

En vous inscrivant, profitez en exclu de nos services gratuits :

(Promis, on ne vous spammera pas)

OK
Surveillez votre boite mail, vous allez bientôt recevoir notre newsletter !