Toux médicamenteuse

Écrit par les experts Ooreka

Certaines catégories de médicaments sont susceptibles d'entraîner une toux médicamenteuse qui peut apparaître aussi bien rapidement que tardivement.

En effet, si certains traitements génèrent une toux dans les heures qui suivent (ce qui est le plus fréquent), d'autres n'entraînent une réaction de toux que quelques semaines, voire parfois quelques mois après.

Généralement, ce sont des médicaments prescrits contre l'hypertension qui sont impliqués.

Toux médicamenteuse

Caractéristiques de la toux médicamenteuse

La toux médicamenteuse peut être une toux nocturne ou diurne.

Parmi les médicaments les plus souvent à l'origine de cette toux, on retrouve :

  • les inhibiteurs de l'enzyme de conversion de l'angiotensine (IECA), qui permettent de traiter l'hypertension artérielle ou l'insuffisance cardiaque ;
  • les inhibiteurs de l'angiotensine II ou sartans (l'olmésartan en particulier) ;
  • les stéroïdes en aérosol, destinés essentiellement au traitement de l'asthme ;
  • les bêtabloquants, qui ont tendance à exacerber un asthme sous-jacent non connu ;
  • certains collyres, qui ont tendance à provoquer une toux allergique.

La toux générée est non productive et disparaît le plus souvent dans le mois qui suit la suppression du traitement.

Toutefois, on observe des cas de toux persistante, ou toux chronique, ayant une origine médicamenteuse dans 5 à 20 % des cas.

IECA

Les inhibiteurs de l'enzyme de conversion de l'angiotensine entraînent une toux sèche (ou toux d'irritation). C'est là un de leurs principaux effets indésirables : entre 10 et 15 % des personnes placées sous traitement sont concernées.

  • Quelle que soit la substance employée (captopril, énalapril ou lisinopril), les effets secondaires restent les mêmes. Pour autant, le mécanisme à l'origine de cette toux reste incertain (on évoque un retentissement sur le métabolisme de la bradykinine qui stimulerait les récepteurs bronchiques).
  • Généralement, la toux médicamenteuse intervient dès la première semaine de traitement. Cependant, dans certains cas, elle peut se faire attendre pendant six mois.
  • Sa disparition s'effectue en quelques jours à l'arrêt du traitement. Dans de rares cas, elle persiste pendant un mois.

Besoin de mutuelle santé? Comparez les tarifs gratuitement

Comparer les mutuelles

Toux médicamenteuse : stéroïdes en aérosol

Les stéroïdes en aérosol sont utilisés par les asthmatiques. On a constaté que 20 % des asthmatiques avaient dû arrêter la prise de ce traitement en raison de plusieurs effets indésirables :

  • toux sèche irritative ;
  • râles ;
  • obstruction bronchique fonctionnelle.

Là encore, l'étiologie exacte de cette toux médicamenteuse est mal connue. Deux pistes sont évoquées :

  • les patients concernés pourraient être particulièrement sensibles avec une tendance augmentée à tousser en cas d'obstruction bronchique ;
  • le gaz propulseur employé pourrait être impliqué.

Pour certains patients, l'inhalation préalable d'un broncho-dilatateur permettrait d'éviter cette toux.

Besoin de mutuelle santé? Comparez les tarifs gratuitement

Comparer les mutuelles

Autres sujets sur Ooreka


Des experts vous répondent

Simple et gratuit !

Sans démarchage commercial

Déjà plus de 100 000 questions répondues

Poser une question
sylvie voullemier

expert relation corps / mental | coach professionnel à marseille

Expert

PZ
pauline zigliara

pharmacien

Nouvel expert

christophe leblond

phytothérapie, aromathérapie et compléments alimentaires | www.phyto-soins.com

Expert

Rejoindre notre réseau d'experts Plus d'experts


Pour aller plus loin


Trouver un médicament

Plus de 25 000 fiches médicaments issues de la base de données de l'Assurance maladie.

Que recherchez-vous ? (médicament, principe actif, maladie...)

Ce critère permet de chercher votre médicament par :

  • son nom commercial (ex. : Doliprane, Efferalgan, Aspégic, etc.) ;
  • ou par sa substance active (ex. : paracétamol, aspirine, ibuprofène, etc.) ;
  • ou par la maladie, symptôme ou trouble que vous souhaitez traiter (ex. : migraine, état fébrile, douleur légère, etc.).

Tatie Jeanine n’aura plus le dernier mot

En vous inscrivant, profitez en exclu de nos services gratuits :

(Promis, on ne vous spammera pas)

OK
Surveillez votre boite mail, vous allez bientôt recevoir notre newsletter !